Du Prêt à taux zéro au Prêt à taux zéro Plus (PTZ Plus)

Prêt à taux zéro Plus (PTZ Plus)

Depuis son instauration en 1995 et jusqu'à la date fatidique du 1er janvier 2011, le prêt à taux zéro (ou PTZ) fut l'une des principales options adoptées par les ménages souhaitant accéder à la propriété immobilière. D'un montant certes relativement peu élevé au regard des différents prêt immobiliers que l'on peut contracter auprès de n'importe quelles banques, le prêt à taux zéro (PTZ) disposait toutefois d'un atout de poids (outre le fait d'être dénué de taux d'intérêt) : celui d'être automatiquement intégré à l'apport personnel du futur emprunteur lorsque ce dernier effectuait une demande de prêt immobilier.

Le PTZ représentait donc pour bon nombre de ménages un élément décisionnel fondamental dans l'achat d'un bien immobilier. Jusqu'en 2010, ils étaient chaque année quelques 220.000 foyers à bénéficier d'un prêt à taux zéro pour financer une partie de leur projet immobilier. N'étant pas ouvert à tous (sous conditions de ressources), le prêt à taux zéro permettait toutefois à ceux auxquels il était octroyé de disposer d'un montant compris entre 11.000 et 32.500 euros pour l'achat d'un bien immobilier neuf et d'un montant s'échelonnant de 8.250 à 29.250 euros pour l'acquisition d'un bien ancien (montants déterminés en fonction de la situation géographique du logement et de la composition du ménage).

S'il a fallut procéder à certains ajustements afin de l'adapter aux diverses conjonctures économiques (création du PTZ majoré puis du PTZ doublé), le principe même du prêt à taux zéro a su s'imposer et perdurer tout au long de ces 15 dernières années. Le PTZ comme solution de financement préférée des français semblait promis à un avenir radieux jusqu'à ce que des prix de l'immobilier exagérés et une crise économique ne révèlent au grand jour ses faiblesses : son impact sur la solvabilité des ménages n'avait de cesse de s'amenuiser.

Face à une telle situation et à un déclin annoncé, le prêt à taux zéro a donc du être entièrement repensé afin de répondre aux exigences économiques du moment. Faire peau neuve semblait être la solution idéale et c'est le 14 septembre 2010, lors d'une table ronde consacrée à la réforme des aides à l'accession à la propriété que le Chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy, a dévoilé un tout nouveau dispositif : le prêt à taux zéro Plus (PTZ Plus ou PTZ+).

Le Prêt à taux zéro n'est plus, vive le Prêt à taux zéro Plus (PTZ Plus) !

Si la réforme des aides au logement a tout d'abord été marquée par la disparition programmée de mesures emblématiques telles que le crédit d'impôt sur les intérêts d'emprunt et le prêt Pass-Foncier, c'est finalement le prêt à taux zéro nouvelle formule (PTZ Plus) qui a monopolisé toutes les attentions. Fusion de divers dispositifs (crédit d'impôt sur les intérêts du prêt immobilier, prêt Pass-Foncier et prêt à taux zéro classique), le prêt à taux zéro Plus (PTZ Plus) est désormais présenté comme l'outil, à la fois simple et efficace, qui pourrait bien venir redynamiser l'accession à la propriété immobilière en France.



simulation credit foncier




Ex : Paris ou tapez un code
postal et choisissez la ville.

Calculer

D'après les informations que vous avez saisi, votre bien immobilier n'est pas éligible au PTZ+. Pour un logement ancien, il faut que le bien que vous allez acquérir appartienne à un organisme HLM.

D'après les informations que vous avez saisi, vous ne pouvez pas bénéficier du PTZ +. Le revenu fiscal de votre foyer dépasse les plafonds fixés pour l'obtention du PTZ +.

Le montant de votre PTZ+ s'élève à :

Vos mensualités de remboursement seront de :

  • /mois pendant ans.

Simulations personnalisées

Partagez
cette
page